Livres/Newbie

Médaille et mal aux pieds: Le vieux nègre…

la Médaille!  La première lecture, c’était en Afrique, on se devait de le lire, programme scolaire oblige. Je ne me souviens plus de l’année, mais de l’oeuvre…

Recevoir une breloque sous une torride chaleur, avec des chaussures qui vous martyrisent les pieds, s’abstenir de hurler, faire mine de se réjouir et se tenir droit, car honoré par ses pairs etc, toute une épreuve. C’est l’histoire du vieux Meka, heureux de recevoir une médaille de reconnaissance de la France un 14 juillet dans l’Afrique coloniale. Reconnaissance pour avoir cédé ses terres aux missionnaires et, pour ses deux fils morts à la guerre, pour la France.

La période est différente certes, mais la symbolique identique. Récemment dans la peau de Meka (ceteris paribus), j’ai reçu la médaille de ma ville. Depuis,  j’ai relu avec plaisir les 187 pages du  »vieux Nègre et la Médaille, 1956, Edition 10|18 »On se redécouvre dans ce contraste de noir et blanc, dans ces sympathies de circonstance, dans ces sourires intelligemment désinvoltes, tout y est.. _Extraits_…

Droit dans mes pompes lors la remise de ma breloque, mon  »mal aux pieds » n’est pas lié à des chaussures inadaptées, mais à un questionnement incessant sur les circonvolutions du monde dans lequel j’évolue. Contrairement à Meka, je n’ai pas été circoncis au couteau mais dans un centre hospitalier, je n’ai pas eu cette chance de voir le sorcier cracher du piment sur mes blessures. Une réflexion s’est enclenchée depuis.

J’éprouve le besoin de cracher dessus comme le sorcier jadis. L’écrire, le décrire au fil du temps, l’exporter en format pdf, le relire sur l’écran rétina display de ma tablette numérique,  en parler à travers blog. Reprendre son indépendance dans un grand éclat de rire, être libre

Respirer l’air frais sur les hauteurs et se retirer de temps en temps. Sans complaisance et avec réalisme, se construire une pensée nouvelle, l’enrichir de vos lumières crues et impitoyables. Et,  la chaîne des mots mettra à nu les contradictions doucereuses de cette vie loin du baobab  où un homme, un vrai ne crie jamais

Jamais.

|Le vieux nègre et la médaille, 1956, Edition 10|18|  Par F. OYONO. Dispo dans toutes les bonnes librairies.

Une réflexion sur “Médaille et mal aux pieds: Le vieux nègre…

  1. Pingback: Médaille et mal aux pieds: Le vieux n&eg...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s